On ne peut pas affirmer que l’ensemble des champs irrigués répertoriés dans la vallée du wadi Surban aient été cultivés simultanément. Peut-être certains étaient fermés, on utilisés ou non accessibles à la crue parce que non mis en culture. La surface totale cultivée visible aujourd’hui ne l’a peut être pas été en même temps. Une […]

Lire l'article